01 novembre 2012

Les journées d'études au Palais de l'Unesco à Paris, seront consacrées au corps

Les 30, 31 janvier et 1er février 2013, le Palais de l'UNESCO à Paris accueillera les vingt-sixièmes journées d'études. Le thème sera "le corps émoi", la place du corps dans les pratiques professionnelles auprès des personnes handicapées motrices.

 

UNESCO 2013.jpg

UNESCO 2013 Programme et bulletin.pdf

Plus d'informations sur le site d'APF FORMATION : http://apfformation.blogs.apf.asso.fr/archive/2011/10/04/... 

 

 

 

16 avril 2012

Bientôt les élections ! Un point sur l’accès au vote.

Ce que dit la loi en matière d’accessibilité des bureaux de vote : l’article L62-2 du code électoral énonce que « les bureaux et les techniques de vote doivent être accessibles aux personnes handicapées Elysée.jpg» ; tous les handicaps sont concernés et l’article D56-1précise que tous les locaux doivent être accessible au moment du vote. Dans chaque bureau de vote, au moins un isoloir doit être accessible aux personnes en fauteuil roulant (article D56-2) ainsi que toutes les urnes (l’article D55-3). C’est au Président du bureau de vote de « prendre tout mesure utile afin de faciliter le vote autonome des personnes handicapées » (article D61-1).

 

Concernant les places de parking à proximité des bureaux de votes : le code électoral n’apporte pas de précisions. Néanmoins et selon l’article L2213-2 du code général des collectivités territoriales, c’est le Maire qui a la compétence en matière d’emplacement de place de parking réservées aux personnes handicapées et, compte tenu de la localisation des bureaux de votes (écoles, Mairies, gymnases…), on peut s’attendre à en trouver une à proximité.

 

Peut-on être aidé au moment de voter ? Le vote est secret ! Néanmoins, l’article L64 alinéas 1 et 2 du code électoral prévoit que « tout électeur atteint d’infirmité certaine et le mettant dans l’impossibilité d’introduire son bulletin dans l’enveloppe et de glisser celle-ci dans l’urne ou de faire fonctionner la machine à voter est autorisé à se faire assister de son choix ». De la même manière, si la personne ne peut pas signer, elle peut choisir un électeur pour signer à sa place en indiquant la mention « l’électeur ne peut signer lui-même ». Aucune démarche préalable n’est nécessaire.

 

Et si le bureau de vote, ou l’isoloir ou l’urne ne sont accessible ? Alertez le Maire et le Préfet et saisissez le Défenseur des droits sur www.defenseurdesdroits.fr. Vous pouvez également prendre des photos et recueillir des témoignages puis vous rapprocher de la délégation Départementale de l’APF.

 

 

 

Source : Handirect – le media des situations handicapantes / www.handirect.fr

16 mars 2012

Le Département de l’Allier élabore son Schéma Unique des Solidarités

Ce schéma valable pour quatre ans à partir de 2013, a la particularité de fondre en un seul document les quatre schémas dont le Conseil Général avait la responsabilité (la protection de l’enfance, la petite enfance, les personnes âgées et les personnes handicapées).

 

L’unicité de ce schéma s’explique par la volonté de fluidifier le parcours de la personne tout au long de sa vie en résolvant des difficultés organisationnelles : faire travailler ensembles des professionnels d’horizons différents semble plus efficace et moins traumatisant pour la personne et sa famille.

 

L’élaboration de ce schéma est en cours ; il a débuté en octobre 2011 par un diagnostic quantitatif et qualitatif de l’offre de service sociale et médico-sociale et depuis janvier, des temps de concertations ont été organisés notamment lors de groupes de travail thématiques. Une réunion plénière s’est tenue le 14 mars à Yzeure durant laquelle les contenus des ces groupes ont été restitués.

 

C’est entre mai et décembre que le travail de rédaction aura lieu avant que le schéma ne soit soumis au vote de l’assemblée départementale en décembre.

 

Le Conseil Général fait un pari intéressant : celui du schéma unique. Peu de départements se sont engagés dans cette voie qui nous semble pertinente ; d’abord parce que l’ARS incite à s’engager dans cette voie, et surtout parce que le décloisonnement des compétences est clairement affiché dans la loi du 11 février 2005 signé par 22 ministère ! Le Conseil Général s’attache l’expertise d’un cabinet conseil qui semble avoir toute latitude d’action. Cette liberté se ressent dans la qualité de l’analyse et dans la pertinence des réflexions.

 

Le temps de consultation n’est pas terminé. Le Conseil Général organise des séances publiques les :

 

- MARDI 27 MARS à VICHYAmphithéâtre du Pôle Lardy, 1 avenue des Célestins  

- MERCREDI 28 MARS à MONTLUCONAmphithéâtre de l’IFSI, rue Pamparoux

- JEUDI 29 MARS à YZEURE – Chapelle de Bellevue, rue Aristide Briand

 

Les citoyens pourront exprimer leur quotidien, leur parcours, leurs attentes dans les domaines de l’accueil de la petite enfance, des questions de parentalité, de l’accompagnement et du soutien des personnes âgées et des personnes handicapées.